ISSN 2421-5813

Les années

Dans Fulgurations, Gare

de Annie Ernaux

“Dans ses insomnies, elle essaie de se rappeler de manière détaillée les chambres où elle a dormi, celle qu’elle a partagée avec ses parents jusqu’à treize ans, celle de la cité universitaire, de l’appartement d’Annecy, face au cimetière. Elle prend la porte comme point de départ et reparcourt méthodiquement les murs. Les objets qui surgissent […]

lire la suite

Ma danse

Dans Fulgurations, Gare

de Blaise Cendrars

Platon n’accorde pas droit de cité au poète Juif errant Don Juan métaphysique Les amis, les proches Tu n’as plus de coutumes et pas encore d’habitudes Il faut échapper à la tyrannie des revues Littérature Vie pauvre Orgueil déplacé Masque La femme, la danse que Nietzsche a voulu nous apprendre à danser La femme Mais […]

lire la suite

Ne plus partager

Dans Fulgurations, Gare

de Paul Éluard

Au soir de la folie, nu et clair, L’espace entre les choses a la forme de mes paroles, La forme des paroles d’un inconnu, D’un vagabond qui dénoue la ceinture de sa gorge Et qui prend les échos au lasso. Entre des arbres et des barrières, Entre des murs et des mâchoires, Entre ce grand […]

lire la suite

Vers dorés

Dans Fulgurations, Gare

de Gérard de Nerval

Eh quoi ! tout est sensible !  PYTHAGORE Homme ! libre penseur – te crois-tu seul pensant Dans ce monde où la vie éclate en toute chose ? Des forces que tu tiens ta liberté dispose, Mais de tous tes conseils l’univers est absent. Respecte dans la bête un esprit agissant : Chaque fleur est […]

lire la suite

Une galerie de portraits : l’auteur et ses représentations en littérature

Dans Appels à contribution, Archives

de Federica Locatelli, Chiara Nifosi

Nouvelle Fribourg, n. 3 Le genre du portrait accompagne l’histoire de l’art avec des finalités qui ont changé au cours des siècles. Très à la mode au cours du XVIIe siècle, aussi sous l’influence de la littérature précieuse, il déborde bientôt les confins d’un pur art figuratif : il suffit de penser au rôle du portrait […]

lire la suite

L’imagination survivante : l’appauvrissement de l’expérience sensible

Résumé  Ce que Charles Melman désigne par la « liquidation collective du transfert » définit assez justement l’état paradoxal dans lequel nous nous trouvons : les progrès techniques et scientifiques ont à la fois ouvert un immense espace de liberté, mais ils ont entraîné en même temps une perte de référence et d’autorité. Qu’est-il devenu de notre vie […]

lire la suite

Jules Laforgue : une imagination œuvrant au sein de la Bibliothèque

Résumé  En ayant massivement recours à la réécriture, Jules Laforgue place son recueil de nouvelles, Moralités légendaires, au cœur de la Bibliothèque. Mais, en dépit des apparences, les multiples reprises et les associations intertextuelles qu’elles génèrent ne relèvent pas d’un caprice de l’auteur, ni d’une volonté de soumettre les diverses traditions à un relativisme généralisé. […]

lire la suite

Arcabas. Nourrir le monde avec la beauté.

Une exposition de Jean-Marie Pirot au Duomo Vecchio de Brescia L’exposition réalisée à Brescia en avril, intitulée « Nourrir le monde avec la beauté », a rassemblé 40 œuvres de l’artiste français Arcabas, pseudonyme de Jean-Marie Pirot, l’une des personnalités les plus importantes et originales de l’art sacré contemporain. L’exposition a été accueillie dans l’espace très charmant […]

lire la suite

Un « surréalisme fin-de-siècle » ? Quelques réflexions sur un chapitre d’En rade

Résumé  En rade (1887) reste sans doute l’un des romans de Huysmans les plus obscurs et le peu de critique littéraire à son propos en témoigne. Il reste que la notion d’imagination, en pleine mutation dans la deuxième partie du XIXe siècle et, plus tard, théorisée par les surréalistes, apparaît comme une porte d’entrée féconde […]

lire la suite
Older posts